mardi 2 avril 2024

La guerre est ressuscitée

 



Authentique Rembrandt à voir au Mas d'Agenais. 

 

Le jeudi 28 mars 2024, Christine Pedotti a écrit dans le journal "Témoignage chrétien":

"Comment peut-on célébrer Pâques alors que le monde est plongé dans de tels conflits, de tels drames, de telles douleurs ? Pourtant, nous aimerions tant nous réjouir, trouver à cette saison des couleurs de printemps, de renouveau, de légèreté. Mais n’est-ce pas nous tromper sur le véritable sens de Pâques ? D’ailleurs, si nous regardons l’état du monde au moment de la mort de Jésus, difficile de ne pas y trouver des éléments communs à celui d’aujourd’hui. La tragédie, hélas, n’a pas d’âge. Un pays envahi, occupé, des responsables civils et religieux ordinairement lâches. Des amis sans courage, des traîtres, des couards. Il y a, en ce jour d’exécution à Jérusalem, une sorte de cristallisation du mal, de la bêtise, de la lâcheté, de l’injustice, du mensonge.

Vous me direz : oui, mais il y a le matin de Pâques."

Lire la suite ici: https://www.temoignagechretien.fr/au-coeur-de-la-nuit/

vendredi 29 mars 2024

Si on pouvait arrêter les aiguilles du temps

 


"Si on pouvait arrêter les aiguilles du temps" est une chanson de Berthe Sylva. C'est une chanteuse française née le 7 février 1885 à Lambézellec et morte le 24 mai 1941 à Marseille. Sa chanson fait écho à la colère de nombreuses Françaises et Français pendant et après la première guerre mondiale. Elle fait écho aux affirmations d'Anatole France, d'Henri Barbusse: "On croit mourir pour la patrie on meurt pour les marchands de canons". Les paroles de la chanson résonnent avec les situation de guerres de nos jours en Afrique, au Moyen Orient et en Europe. Des femmes, des hommes, des enfants meurent dans des guerres qui ont pour but de contrôler des gisements pétroliers, gaziers, des gisements de minerais, et pour le contrôle de l'eau et des terres agricoles. 


Riches ou pauvres quoi qu´on fasse sur la Terre 
Notre existence est une chose éphémère 
Et des pendules le tic tac incessant 
Semble nous dire “Tout passe avec le temps” 
Voici l´enfant qui vient de v´nir au monde 
Sa mère penchée vers sa petite tête blonde 
Vers la pendule placée près de son lit 
Jette un regard et soucieuse se dit 
Si l´on pouvait arrêter les aiguilles 
Au cadran qui marque les heures de la vie 
Nos p´tits enfants si mignons, si gentils 
N´ grandiraient pas pour déserter leur nid 
Lorsqu´à vingt ans, un jour, ils se marient 
Sans un regret, ils partent et vous oublient 
Et les mamans dont ils brisent l´espoir 

Pensent "On voudrait près d´ soi toujours les voir 

Rester petits garçons ou petites filles 

Si l´on pouvait arrêter les aiguilles

Un malfaiteur, pour expier son crime 
Est condamné au châtiment ultime 
Dans sa cellule, il entend ses gardiens 
Dire tout bas “Ce sera pour demain” 
Le lendemain, il voit que l´aube se lève 
Et ses idées se brouillent comme dans un rêve 
Il est secoué de terreur et d´ remords 
Et dit, tremblant, sentant venir la mort 
Si l´on pouvait arrêter les aiguilles 
Au cadran qui marque les heures de la vie 
J´ n´aurais p´t-être pas, lorsque sonnait minuit, 
Commis le crime dont je vais être puni 
Il a suffi d´une fatale minute 
Pour que d´un homme je devienne une brute 
Mais quoi, voici l´horloge de la prison 
Qui sonne le glas de la séparation 
Plus qu´un espoir, mon Dieu, pour ma famille 
Si l´on pouvait arrêter les aiguilles 

Dans les campagnes ainsi que dans les villes 
Règne le calme et chacun vit tranquille 
Sans se douter qu´un orage gronde au loin 
Pour bouleverser la paix du genre humain 
Un peu partout, en Europe, en Afrique 
Les noirs dessous de l´infâme politique 
Sèment la guerre, horreur de tous les temps, 
Que nul ne peut arrêter et pourtant 
Si l´on pouvait arrêter les aiguilles 

Au cadran qui marque les heures de la vie 

On n´entendrait plus le tocsin sonner 
Pour enlever nos fils à leurs foyers 
Quand à l´instant où tous les bras travaillent 
Quoi de plus triste que l´heure des batailles 
Peut-être qu´un jour retrouvant sa raison 
L´homme maudira la guerre et ses passions 
Plus de tueries ni d´hommes qui fusillent 
Si l´on pouvait arrêter les aiguilles 
Tous emportés par l´effroyable ronde 
Les années passent si vite pour tout l´ monde 
Que l´on se dit "Pourquoi se jalouser 
Se faire tant d´ mal au lieu de s´entraider?" 
Deux pauvres vieux, usés, cassés par l´âge 
Sentant venir l´heure du grand voyage 
Encore unis, comme dans leur jeune temps 
Dans un baiser, disent en s´enlaçant 

Si l´on pouvait arrêter les aiguilles 
Au cadran qui marque les heures de la vie 
Nous n´aurions pas la triste appréhension 
D´entendre l´heure de la séparation 
Après avoir passé toute une vie 
A nous chérir sans aucune jalousie 
Le coeur bien gros on n´ devrait pas penser 
Qu´un jour, hélas, il faudra nous quitter 
Vivons d´espoir, à quoi bon s´faire tant d´ bile 
Puisqu´on n´ peut pas arrêter les aiguilles!

mardi 26 mars 2024

J'en appelle à la tendresse

 


J'en appelle à la tendresse

Chanson de Michèle Torr

Devant ces yeux d'enfant qui ont froid, qui ont faim

Dites-vous que l'argent vous brûlera les mains

Devant ces présidents qui dirigent le monde

Qui jouent au cerf-volant avec toutes leurs bombes

Devant les synagogues, devant les cathédrales

Il n'y a qu'un bon Dieu, mais toujours plusieurs diables

Devant ceux qui n'ont rien, devant ceux qui ont tout

S'il le faut je veux bien, le chanter à genoux

J'en appelle à la tendresse

À l'amour, s'il nous en reste

J'en appelle à tous les hommes

Que leur volonté soit bonne

J'en appelle à la tendresse

En plein cœur, je vous adresse

Une chanson d'espoir en somme

J'en appelle à tous les hommes

Au front des monuments, n'écrivez pas l'histoire

Un soldat trop vaillant, c'est un ami qui part

Au nom de quelle folie, au nom de quel pouvoir

On les envoie cueillir, les lauriers de la gloire

J'ai le cœur d'une femme et les mots pour le dire

Il y a trop de larmes dans ce monde en délire

Dites-moi si je mens, dites-moi si j'ai tort

S'il le faut je veux bien, vous le chanter plus fort

J'en appelle à la tendresse

À l'amour, s'il nous en reste

J'en appelle à tous les hommes

Que leur volonté soit bonne

J'en appelle à la tendresse

En plein cœur, je vous adresse

Une chanson d'espoir en somme

J'en appelle à tous les hommes

J'en appelle à la tendresse

J'en appelle à la tendresse

J'en appelle à la tendresse

J'en appelle à la tendresse


Michèle Torr est née le 7 avril 1947 à Pertuis, Vaucluse. Elle chante toujours. En avril 2020 elle a participé à la tournée "Âge tendre, la tournée des idoles".

"J'en appelle à le tendresse" a été composée par Didier Barbelivien. 

Elle est sortie en 1981. Elle a été écrite pour encourager Mère Térésa dans sa lutte pour les pauvres en Inde. C'est aussi une chanson qui dénonce l'indifférence, l'hypocrisie, la corruption et les guerres des mondes ainsi que la richesse en face de la pauvreté qui abaisse les plus faibles d'entre nous. 

Ce fut une des chansons les plus populaires de l'année 1981

dimanche 24 mars 2024

Maxime Tandonnet


Guerre civile espagnole, destruction de Guernica le 26 avril 1937




Voici le début du texte publié le 23 mars 2024 par Maxime Tandonnet sur son blog personnel:  


"Moscou a été frappée hier par un attentat terroriste du genre de ceux qui ont ensanglanté la France en 2015. La Russie est historiquement, culturellement, intellectuellement, littérairement, musicalement, l’amie intime de notre pays et son alliée de toujours. Nous souffrons pour elle, dans notre chair, pour cette Russie éternelle que nous aimons passionnément. Ses dirigeants politico-militaires actuels sont d’ignobles mafieux corrompus qui recourent aux plébiscites truqués. Ils lancent des guerres sanglantes et lâches contre des Etats faibles (...)"


Lire la suite sur le lien ci-dessous:


https://maximetandonnet.wordpress.com/2024/03/23/russie-occident-la-guerre-des-laches-des-minables-et-des-imbeciles/


Qui est Maxime Tandonnet, voir lien ci-dessous:


https://maximetandonnet.wordpress.com/mon-parcours/



lundi 18 mars 2024

Se réformer ou mourir

 


“Se réformer ou mourir” est un livre des éditions Salvator. Voici ce que cette maison d'édition écrit pour présenter l' ouvrage qui donne la paroles à 7 théologiennes d'aujourd'hui.


"Une barque prête à couler, une barque qui prend l'eau de toute part..." On se souvient des propos du cardinal Joseph Ratzinger, au chemin de croix du Colisée le 25 mars 2005, peu avant la mort de Jean Paul II. Reprenant l'image classique de la barque de Pierre, le futur Pape Benoît XVI évoquait à travers cette allusion transparente son inquiétude sur la situation présente de l'Eglise. Près de deux décennies plus tard, force est de reconnaître que celle-ci se trouve affrontée à une tempête hors du commun, particulièrement perceptible dans nos pays occidentaux à l'instar de la France. Affaiblie déjà par la sécularisation de nos sociétés, la baisse de la pratique religieuse, la raréfaction des vocations et l'effacement de nombre de cadres institutionnels, celle-ci fait face désormais à la crise des abus sexuels et spirituels. Devant une telle conjonction de facteurs défavorables, une telle tempête d'une telle intensité, nombreux sont ceux qui, mêmes chrétiens, s'interrogent. L'Eglise a-t-elle un avenir? Comment sortir d'une telle impasse? Comment garder un peu d'espérance, alors qu'on souligne le caractère "systématique" des abus, que certains parlent d'une “crise terminale”, voire d'une véritable “implosion” du catholicisme?" (Pages 7 et 8)

Voici une courte présentation de chacune des 7 théologiennes invitées par les éditions Salvator à s'exprimer librement dans ce livre de 182 pages.


Laure Blanchon:

Sœur ursuline de l’Union Romaine. Docteur en théologie. Professeure en théologie dogmatique et pratique. Titulaire de la Chaire Jean Rodhain.

Membre de l’équipe de théologiens qui accompagne le Réseau Saint Laurent. Membre de La Pierre d’Angle – Fraternité Quart Monde et animatrice de la fraternité de Beaugency (diocèse d’Orléans).

Membre de la Société internationale de théologie pratique et du comité de rédaction de la revue Lumen Vitae.

Coordinatrice de la Commission de réécriture des Constitutions des Ursulines de l’Union Romaine.

Formatrice au Centre Angèle Merici.


Isabelle de la Garanderie:

Agrégée de Lettres modernes et enseignante en lycée de banlieue.
Doctorante en théologie dogmatique au Centre Sèvres.
Vierge consacrée du diocèse de Nanterre.
Master de littérature française (Paris IV-Sorbonne) / Licence canonique en théologie fondamentale et dogmatique (Centre Sèvres).


Véronique Margron:

Prieure provinciale des Sœurs de la charité dominicaines de la Présentation depuis 2014, théologienne moraliste et présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France depuis 2016. Elle est doyenne de la faculté de théologie de l'université catholique de l'Ouest à Angers de 2004 à 2010.


Anne Marie Pelletier:

Agrégée de lettres modernes et docteur en sciences des religions. Professeur des universités, elle a enseigné successivement à Paris-X et à l’université de Marne-la-Vallée. En 1999, elle participe au Symposium sur « L’interprétation de la Bible dans l’Église », à Rome. De 2001 à 2013, elle a été chargée d’enseignement à l’Institut européen des sciences des religions. Jusqu’en 2022, elle a enseigné l’Écriture et l’herméneutique au Collège des Bernardins à Paris et au Centre Sèvres – Facultés jésuites. Depuis des années, elle est conviée dans le monde monastique pour diverses formations et pour y donner des retraites.

Lucetta Scaraffia:

Elle est une historienne et journaliste italienne. Elle est professeur associé d'histoire contemporaine à l'Université de Rome « La Sapienza » . Elle collabore avec les journaux "Avenire ", "Il Foglio ", "Corriere della Sera " et "L'Osservatore Romano." Elle est conseillère au Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation.

Anna Soupa:

Pour les catholiques qui ne me connaissent pas, mais qui croient à la bonne santé de la Sainte Église catholique et Romaine et à la vertu d’obéissance inconditionnelle qu’elle impose à ses troupes, je suis le diable. Et je suis même la preuve qu’il existe, puisque je répands une odeur de soufre dans une si sainte maison. (...)

Mais pour d’autres catholiques qu’une structure obsolète accable, je suis un tout petit, petit, coin de ciel bleu. Une figure de résistance, d’espérance peut-être, qui dit non quand elle pense devoir dire non et qui essaie de ne pas céder à la peur, ce fléau dont nos esprits sont si souvent affligés.

Enfin, pour ceux qui se questionnent sur la place des religions, je suis celle qui leur évitera des jugements trop tranchés. Eh oui, il existe des cathos qui préfèrent Jésus à ses saints !

Marie-Jo Thiel:

Elle est titulaire d'un doctorat en médecine et d'un doctorat en théologie catholique.

Elle est la directrice du Centre européen d'enseignement et de recherche en éthique (CEERE) à Strasbourg, depuis sa création en septembre 2005 et jusqu'à 2022.

Elle a reçu en 2008, le premier prix de l'enseignement et de la recherche en éthique.

De janvier 2011 à janvier 2016, elle a été membre du Groupe européen d'éthique des sciences et des nouvelles technologies (GEE). Le 15 novembre 2022, l'Université de Fribourg-CH lui a décerné un doctorat honoris causa 4pour l'ensemble de ses travaux et en particulier ceux concernant la lutte contre les abus sexuels ds l'Eglise catholique.


Morceaux choisis

“Le scandale des abus sur les religieuses et des avortements qui en ont été la conséquence a porté atteinte à l'image du prêtre, en associant à cet effondrement même des prêtres irréprochables et honnêtes.”(Lucetta Scaraffia pages 18/19)

“Nous sommes à nouveau ramenés aux fondamentaux de la vie religieuse qui ne sont rien d'autre que de mettre le mieux possible ses pas dans ceux du Christ. (...) Jésus est d'abord crucifié par les siens, par le peuple dont il est issu, par la foule et les grands prêtres, à l'instar des personnes victimes de ceux qui auraient dû avoir soin d'elles.” (Véronique Margron, page 47)

“Pourquoi le diaconat féminin reste-t-il toujours problématique, alors qu'il a été l'objet de multiples questionnements et travaux, qui le légitiment même dans une version à définir en adéquation avec le présent de l'Eglise? Pourquoi , plus généralement, au temps du synode sur l'Amazonie, la voix des femmes amazoniennes, avec leurs demandes directement inspirées de l'expérience de terrain a-t-elle trouvé finalement un écho aussi limité? Pourquoi, encore et toujours, ce soupçon que toute requête des femmes serait une recherche de pouvoir, alors que les hommes d'Eglise sont restés indemnes de ce reproche?” (Anne Marie Pelletier, pages 62 et 63)

“La voix des femmes dénonçant les discriminations de genre et les inégalités de fait dont elles sont victimes depuis la nuit des temps, atteint aujourd'hui la sphère publique et les parvis de l'Eglise. Elle témoigne d'une émancipation en marche et devenue irréversible (...) et de la lutte contre les injustices qui leur sont faites parce qu'elles sont femmes. (...) L'enjeu pour l'Eglise est aujourd'hui devenu crucial: se réformer ou mourir!” (Marie Jo Thiel, page 82)

"Ce qu'est le sensus fidei : croire au flair de tous les fidèles. (...) Chaque fidèle a quelque chose à dire et à partager parce qu'il dispose de ce qu'on appelle le "sensus fidei", le sens de la foi." (Isabelle de la Garanderie, page 118)

"Dans le contexte actuel, il n'est pas toujours facile de s'afficher publiquement comme chrétiens, tant à cause des résistances du milieu que la honte que nous portons depuis le rapport de la CIASE. Cela instille une pente à l'entre-soi et à l'autoréférentialité, avec un risque réel de repli communautariste. En effet, dans nos assemblées, il y a peu souvent d'altérité sociale, une grande homogénéité d'âges et de sensibilités ecclésiales, une culture inconsciente de la connivence et de l'entre-soi, vécues dans une peur du dehors et une recherche de confirmation mutuelle. Tout cela constitue une entrave pour la crédibilité de l'Eglise et de sa mission." (Laure Blanchon, page 138)

"Devant l'ampleur des matières à réforme, j'en privilégierai deux. Ce sont l'inclusion et l'inculturation. L'inclusion est une priorité. L'Eglise est la maison commune, celle de tous; les sacrements ne sont pas pour les purs, mais pour ceux qui en ont besoin. (...) la priorité absolue de Jésus est le refus de l'exclusion, quelle qu'elle soit. (...) L'autre voie à suivre pour une réforme est que l'Eglise apprenne à écouter le monde où elle vit." ( Anne Soupa, pages 157 et 167)

"Se réformer ou mourir" - Salvator Diffusion- ISBN: 978-2-7067-2415-2

Prix: 18,80 €



vendredi 15 mars 2024

Le Pérou chez nous

 


Le Pérou chez nous

Le samedi 9 mars 2024 nous étions invités par le CCFD Terre Solidaire du Lot-et-Garonne à assister à une messe en l'Eglise de Tonneins célébrée par le père Philippe d'Halluin, le père John Hennessy, les diacres René Borie et Bernard Biasiori, aumônier du CCFD Terrre Solidaire 47.

La messe terminée nous nous sommes tous retrouvés dans une pièce du presbytère pour partager un bol de soupe (à volonté) une pomme (à volonté) de l'eau ( à volonté), des tartines de pain (à volonté).

Une fois terminé notre repas de Carême nous nous sommes installés dans une salle plus vaste équipée d'un grand écran, d'un projecteur relié à un ordinateur pour projeter le diaporama construit par Alberto Vilchez.

En France pour un an , Alberto (31 ans) est volontaire international au CCFD Terre Solidaire et à la Coopération Catholique (DCC) . Il est fils de paysan de la région de Cajamarca , au nord du plateau andin. Il a fait des études de philosophie et d'Education. Il est professeur de catéchèse et organisateur de programmes sociaux. Ses origines familiales sont à la fois andine et amazonienne. 

A l'aide d'un diaporama il nous a présenté en Français et parfois en Espagnol les cultures , les croyances , les spiritualités de ses 2 communautés . Il a souligné leurs liens très forts à la nature : la terre mère est considérée comme sacrée et doit être respectée en tant que telle : c'est la “pachamama ”. Elle abrite et engendre le vivant qu'il soit humain, animal, fleuve, rivière, forêt, plantes. Il nous a parlé de "cosmogonie' (cosmos : le monde et gonia : la procréation, la naissance ) c'est à dire le système qui décrit la formation de l'univers.

Dans la culture inca, la feuille de coca joue un rôle essentiel : elle combat la faim, la soif, la fatigue, le mal d'altitude , les douleurs diverses et donne du courage au travail. Consommée traditionnellement, elle est un élément fondamental pour les peuples andins.

Alberto se sent chrétien avant tout et rejette les affirmations confessionnelles identitaires. Il pense que les religions chrétiennes doivent accepter « l’inculturation » (1) , après une évangélisation forcée au XVI ieme siècle, elles s'intègrent maintenant dans la multiplicité socio-culturelle des populations hétérogènes de ce pays (47 langues reconnues au Pérou) .

Il considère que la théologie de la libération qui est née dans les années 70 a permis à l'Eglise de s'engager aux côtés des plus pauvres mais a parfois poussé certains vers la lutte armée pour combattre les injustices, ce qu’il déplore.

Il nous place devant cette question lancinante : Le Pérou est chrétien à 92% mais c'est un pays extrêmement corrompu ce qui est paradoxal.

L’expression de la foi chrétienne et catholique en particulier est très vivante et colorée. Défilés dans les rues pour Pâques, cultes mariales par exemple.

Dans la société péruvienne, ces pèlerinages et défilés religieux sont tellement tolérés que des déviations sont faites pour les véhicules et les transports en commun pour ne pas gêner ces manifestations religieuses dans l'espace public.

Alberto accorde enfin une grande importance à un mot qu’il prononce en français à plusieurs reprises : la tolérance, vertu qu’il juge essentielle en France comme au Pérou: un grand respect pour les différentes formes de spiritualité bien ancrées dans ce pays. Il se considère toujours, même s'il est aujourd'hui professeur comme un “paysan” attaché à la terre de son pays qui sont ses racines profondes.

Le Pérou compte 34 millions d'habitants, la capitale Lima est la plus grande ville du pays où se concentre 11 millions d'habitants alors qu'il y a des territoires ruraux excentrés , peu peuplés et très pauvres.Les paysans doivent chaque jour se préoccuper de leur nourriture quotidienne.

Son territoire est composé de paysages variés : la côte, la zone andine et la zone amazonienne. C'est un pays avec une grande diversité biologique, ethnique, sociale, économique.Rappelons que la richesse spirituelle du Pérou ne doit pas nous faire oublier aussi ses richesses naturelles. Il dispose d'importantes ressources naturelles: dans le domaine minier, il est le 2ème producteur mondial de cuivre. Le pays possède des mines d'argent, d'or, d'étain. Il y a des gisements de gaz naturel. Le secteur agricole est important au Pérou qui se place dans le marché alimentaire mondial en premier exportateur de myrtilles, d'asperges, de bananes bio et de quinoa. Il est aussi un important exportateur de raisins, paprika, mangues et avocats. Et un grand producteur de pommes de terre et d'ananas.

Le niveau de vie des Péruviens dans l'ensemble reste faible à cause d'une mauvaise répartition des richesses naturelles du pays dont ne profite pas l'ensemble de la population. La déforestation, l'accaparemnt des terres par de grandes compagnies et le commerce illégal sont des fléaux. Le CCFD Terre Solidaire soutient des assocations partenaires ( notemment l'Institut Bartolomé de Las Cazas) dans la reconnaissance des droits des indiens et la défense de leur terre “pachamama”


C'est le Pérou!


(1) inculturation : inscription du message de l'Evangile dans une culture ( langage,architecture,liturgie,organisation de l'Eglise etc ....)


Texte collectif écrit par trois participants à cette rencontre 


samedi 9 mars 2024

Navalny (2)

 


Extrait de "Réforme", hebdomadaire protestant d'actualité, du 22/02/2024, page 6.

Navalny nait  en 1976. Son père est militaire, et il reçoit une éducation dans la modestie patriotique. Sa grand-mère, russe orthodoxe, va à l’église à Tchernobyl. (...). Il a dix ans lors de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, dont l’horreur n’a cessé d’être recouverte par le mensonge, et c’est probablement le point de départ de l’avocat et journaliste Alexeï Navalny. Il a vingt-trois ans quand Poutine arrive au pouvoir, et très tôt dans les années 2000 il comprend l’importance d’Internet et des réseaux sociaux, où il acquiert une importante notoriété à la fois dans l’éloge de la Russie éternelle et dans la dénonciation des injustices et corruptions du système Poutine, dont il démontre sans ambages, faits, chiffres et images à l’appui, les détournements gigantesques de fonds publics. Il lance sa fondation anticorruption en 2011, et dénonce les fraudes électorales massives. Après son empoisonnement, en 2021, il a encore le culot de publier sur Internet un film intitulé "Un Palais pour Poutine". En 2022, depuis sa prison, il écrit que la guerre en Ukraine est un cauchemar causé par un papy dément : « Ne soyons pas “contre la guerre”. Luttons contre la guerre. »

Navalny, c’est cela : à la fois l’immense courage physique de ne pas céder devant la brutalité du régime, et l’intelligence morale de démanteler le mensonge, de briser avec véhémence toute censure et autocensure, de ne cesser de chercher le vrai.(...)  En l’absence même de l’État russe, je veux dire d’un véritable État constitutionnel, Navalny demeurait un citoyen. Un citoyen refusant la peur physique comme la paresse intellectuelle. C’est cela, un citoyen démocrate, un citoyen même sans État.

Olivier Abel, philosophe et théologien

Source: 

https://www.reforme.net/opinions/2024/02/21/le-combat-de-navalny-est-aussi-le-notre/


vendredi 8 mars 2024

Navalny (1)

 


Extrait de "Réforme", hebdomadaire protestant d'actualité, du 22/02/2024, page 6.

La mort d’Alexeï Navalny, son lâche assassinat en prison, est un événement qui nous ébranle, nous épouvante et nous donne à penser. Bien sûr, c’est la déclaration par Poutine d’une guerre totale. Mais qu’est-ce qui nous étonne ? Ce n’est pas cette exécution, qui apparaît rétrospectivement comme tellement prévisible, sinon fatale. C’est sans doute la force d’âme de celui qui s’est levé face à cette fatalité devant laquelle d’ordinaire on se plie, d’avance résignés. Pourtant l’étonnement demeure : il n’était pas un dissident, quittant son pays pour dénoncer de l’extérieur ce qui s’y passe !

Pourquoi Navalny a-t-il renoncé à une vie normale pour oser ainsi entrer en politique ? C’est cela qui nous donne à penser : au contraire, juste après un empoisonnement mortel, il est retourné en Russie, pour s’y faire incarcérer et faire entendre sa voix puissante et protestatrice, mais de l’intérieur, en libre citoyen. Un peu comme Socrate refuse de s’évader et de quitter Athènes qui le condamne à boire la ciguë. Un peu comme Jésus revient à Jérusalem sur un âne, alors qu’il sait qu’il va y être condamné. Que voulait dire Navalny quand il disait que Jésus est le plus grand homme politique de l’histoire ? La Russie de Poutine – nous n’oublierons pas que Navalny faisait appel à une autre Russie, une Russie sans Poutine – a tout fait et fera tout pour effacer son nom. Il nous importe au plus haut point de savoir de quoi Navalny est le nom, l’étendard. Et pourquoi il était aussi un nationaliste russe plutôt conservateur, et en quoi c’est aussi cela qui l’a conduit à refuser de quitter son pays.

Source: 

https://www.reforme.net/opinions/2024/02/21/le-combat-de-navalny-est-aussi-le-notre/

dimanche 3 mars 2024

Prendre la clef des champs

 


" Nous prîmes la clef des champs, et, sans guide ni renseignement quelconque (c'est là la bonne façon), nous nous mîmes à marcher, décidés à aller n'importe où, pourvu que ce fût loin, et à rentrer n'importe quand, pourvu que ce fût tard. "

Pendant trois mois, du 1er mai au 6 août 1847, deux hommes de lettres s'en vont courir la Bretagne " poitrine nue et la chemise bouffant à l'air, la cravate autour des reins, le sac au dos, blancs de poussière, halés par le soleil, souliers ferrés aux pieds, gourdin en main, fumée aux lèvres et fantaisie en tête ". 

Sur la route, Gustave Flaubert et Maxime Du Camp prennent des notes qui devaient nourrir un récit qu'ils comptent rédiger ensemble. A leur retour, ils se partagent le travail : Flaubert écrit les chapitres impairs, Du Camp les chapitres pairs. L'ouvrage ne sera connu du public qu'après la mort des écrivains.

jeudi 29 février 2024

mardi 27 février 2024

Léon Tolstoï (4)

 


Champ de blé russe


Tout bonheur n’est qu’un rêve ! Pacôme aimerait mieux que ses voisins ne fissent pas paître leurs troupeaux sur ses prés. Il le leur dit amicalement, ils ne se gênaient plus du tout, et la nuit même, leurs bêtes se promenèrent encore dans ses champs. Il savait bien que la pauvreté seule poussait ces gens à profiter un peu de sa richesse, mais comme cela ne pouvait durer, il se plaignit au tribunal.

Il en résulta qu’on lui paya des amendes comme il en payait autrefois, et qu’on commença de le détester, et de le lui prouver en maintes occasions.

Ainsi, un jour, en traversant son bois, Pacôme vit dix trous béants à la place de dix jeunes tilleuls, arrachés la nuit précédente. 

— C’est Siemka qui a fait le coup ! s’écria Pacôme furieux, et il alla chez ce dernier.

Mais le rusé paysan avait pris ses précautions. Persuadé que Siemka était le coupable, Pacôme le dénonça, et comme on ne trouva aucune preuve, il fut acquitté au grand désappointement du plaignant, qui, chaque jour, subissait une vexation nouvelle. Pacôme était devenu un gros bonnet dans sa commune, mais il était mal avec tout le monde.

On parlait beaucoup des nouvelles contrées où allaient s’établir des gens trop à l’étroit chez eux. Pacôme se réjouissait intérieurement, et pensait que, s’il y avait des départs dans son village, il y aurait de la terre à acheter, et trouva qu’on était bien les uns sur les autres jusqu’à présent.

Un soir qu’il était assis à l’entrée de sa maison, un voyageur passa et lui demanda l’hospitalité. Pacôme le reçut cordialement, lui offrit un bon repas et le repos de la nuit.

— Où vous conduit la grâce de Dieu ? demanda-t-il le lendemain à cet homme.

Le voyageur lui dit qu’il venait des rives du bas Volga, où il arrivait beaucoup de monde, mais qu’il n’en était pas encore venu assez, que les communes faisaient placarder des appels, et que les arrivants recevaient chacun dix déciatimes de terre à labourer : une terre extraordinairement productive.

— J’ai vu un pauvre paysan, ajouta-t-il, qui ne possédait au monde que ses deux bras, ensemencer son terrain avec du froment, et vendre pour cinq mille roubles de blé !

Pacôme resta ébahi. Aussi pourquoi toujours demeurer à la même place ? Et son esprit travaillait. « Je vendrai tout ici, et avec le prix de mes terres je partirai pour le Volga, ce pays béni où je ne serai plus contrarié, ni par les uns ni par les autres. J’irai voir. »

Il partit à la belle saison, et alla jusqu’à Samara, d’où il fit le reste du trajet à pied. Arrivé à destination, il vit qu’on ne l’avait pas trompé, et que les paysans de ce pays accueillaient bien les étrangers chez eux. La commune donnait, en effet, dix déciatimes de terre au nouvel arrivant, libre à lui d’en acheter encore s’il avait de l’argent. 

Pacôme retourna chez lui, vendit tout ce qu’il possédait, maison, bétail, instruments, et, le printemps venu, il se mit en route avec toute sa famille.


Qu’il faut peu de place sur terre à l’homme

mardi 20 février 2024

Le lac de La Lagüe

 


Photo Marie Christine Queyreur


« C'était dans les temps anciens où les vertes collines gasconnes voisinaient avec l'immense étendue des landes désertiques. A l'orée des sables et des marécages, au pied des coteaux de Xaintrailles vivaient à Tirelauze, de riches propriétaires, Ronald et sa femme Babet, au milieu de vignes généreuses et de beaux champs de blé. Un soir de septembre, valets et servantes accroupis au pied des sarments, achevaient la vendange. Un homme apparut au bout du chemin, vêtu d'un lourd manteau, appuyé sur un bâton noueux et, s'approchant de Ronald, lui demanda une grappe de raisin pour apaiser sa soif. 

Celui-ci le chassa rudement. Le voyageur vit alors avec horreur que le visage des vendangeurs étaient recouverts d'une muselière ! Il reprit son chemin, prévenant de son prochain passage. Il revient en effet le soir de Noël ! Toutes les cloches des paroisses voisines, de Pompiey, de Fargues, de Xaintrailles, appellent les fidèles à la veillée rituelle. Valets et servantes de Tirelauze, emmitouflés dans leurs pauvres haillons s'apprêtent à la fête quand apparaît, dans la nuit, une ombre troublante. C'est le voyageur qui, à l'automne, a annoncé son retour. "Donnez-moi s'il vous plaît un verre de vin, dit-il à Ronald et Babet, ma route a été longue et j'ai très soif" Ronald s'écrit "Passe ton chemin..." Babet lève son bâton et les chiens aboient férocement. Le pèlerin alors recule, reprend sa route, lève les bras vers le ciel brillant d'étoiles. Du sol qui s'effondre dans un grand bruit jaillit une eau bouillonnante, engloutissant Tirelauze, ses prés et ses champs, ses vignes et ses bêtes. A la place de la terre maudite s'étend depuis lors un lac paisible et mystérieux : la Laguë. On dit qu'en son milieu "un gouffre bout et mêle les larmes de Ronald et Babet repentants". On dit aussi que la nuit de Noël, le chant d'un coq se fait entendre du fond du lac quand les cloches carillonnent alentour. »

Anecdote : George Sand lors de son arrivée à La Maisonneuve, en 1825, qu’on connaît davantage sous le nom du lieu-dit Guillery, a écrit dans Histoire de ma vie : c’est un « désert affreux, une lande désolée, couverte d’arbres-liège, le plus beau revenu de France, mais l’arbre le plus triste et le plus sombre... » Quelques années après, elle révisera son jugement : « ici, toutes les journées se ressemblent, je me lève tard, je déjeûne, je passe une heure ou deux au piano, je rentre dans ma chambre, je lis ou je dessine jusqu’au dîner ».

Lu sur Facebook

lundi 19 février 2024

Léon Tolstoï (3)

 



Quand Pacôme vit ses voisins obtenir de beaux lopins de terre à des prix très modérés, il eut peur de ne pas en avoir aussi sa part, et en conféra avec sa femme.

— Il faut nous décider, et acheter de ce terrain comme les autres ; comptons nos économies.

Elles n’étaient pas lourdes, mais en vendant quelques meubles, du miel, en engageant son fils aîné comme domestique, Pacôme put avoir une plus grosse part que celle de ses voisins. Il alla signer son engagement à la ville, paya la moitié de la somme, et promit de solder le reste en deux ans.

Et voilà Pacôme qui a réalisé son rêve d’être grand propriétaire. Il ensemence ses terres.

Tout marcha à souhait pendant la première année, ses récoltes payèrent ses dettes. Il était fier de pouvoir dire « mes champs, mes bêtes, mes foins ». Les prairies lui semblaient plus vertes qu’autrefois, les arbres plus beaux, maintenant qu’ils lui appartenaient. C’est une joie que Dieu donne au paysan.

Léon Tolstoï (1868/1910)
Qu’il faut peu de place sur terre à l’homme